Information

Bonjour à vous tous !

Charlotte et Gabriel sont de retour depuis presque 1 mois. Mais les endroits exceptionnelles qu’ils ont visités n’avaient pas internet ! Donc d’ici quelques temps nous découvrirons les pays restent !

En attendant , ils sont venu passer une soirée chenous !

Je vous montrerai prochainement ce qu’ils m’ont offert !

En attendant , bonne route !

Advertisements
Posted in Uncategorized | Laisser un commentaire

Bariloche

Apres 3 heures de bus jusqu’a Colonia, 1h de traversée en bateau jusqu’à Buenos Aires, 1/2 heure de marche jusqu’à la garre routière et 22 heures de bus nous sommes arrivés à Bariloche!! Nous etions dans un bus 5 etoiles avec des sièges de 1ere classe, des repas servis et des films projetés en continu (avec le volume beaucoup trop fort pour ceux qui voulaient dormir!) Mais on doit dire que le trajet est passé beaucoup plus rapidement que ce qu’on pensait! Et surtout quand nous nous somme réveillés nous avons découverts les 1ers payasges magnifiques de Patagonie!

IMG_3020

IMG_3028

et franchement, on avait pas l’air si défraichi que 4a à l’arrivee!

IMG_3029

Mais ce n’etait qu’une impression! On a pris un bus en sortant de la gare routiere pour aller à notre auberge de jeunesse et on s’est retrouvé 30km plus loin dans un village qui s’appelle “Colonia Suiza”. Inutile de dire qu’on etait pas très contents car on aurait bien voulu deposer nos gros sacs a dos (comme tu peux le voir ci dessous!) et prendre une douche avant mais tout compte fait ce n’etait pas si mal, on etait “comme à la maison” et on en a bien ri! Gabriel s’est meme baigné dans le lac!

IMG_3041 IMG_3042

IMG_3035

Le jour suivant on a loué des velos et avons fait une boucle de 30km! On a vu des paysages magnifiques qui ressemblaient bien à nos Alpes (on comprend bien pourquoi des suisses se sont installés la!).

 IMG_3055 IMG_3062 IMG_3058 IMG_3069
Pour reconpenser tous ces efforts, le soir nous avons mangé une délicieuse Milanesa (vienershnizel).
IMG_3081
Posted in Uncategorized | Laisser un commentaire

L’Uruguay !

Après avoir passé quelques jours à Buenos Aires sous une chaleur accablante, on a trouvé (trop) de fraicheur en Uruguay, le pays d’origine de mon père. L’Uruguay est un tout petit pays peu connu (3,5 million d’habitants), coincé entre l’Argentine et le Brésil. C’est une nation très « européenne », avec beaucoup de descendants d’européens, une culture similaire et une architecture de style français et espagnol. L’identité uruguayenne est composée de quelques symboles clés : 1. La viande de bœuf et les asados(barbecues), un vrai régal pour les amateurs de viande 2. Le maté, la boisson nationale (sorte de thé vert très fort) 3. Le gaucho, le cowboy local 4. Le tango, une passion partagée entre Buenos Aires et Montevideo (d’ailleurs, les uruguayens aiment dire que Carlos Gardel, le roi du tango, était d’origine uruguayenne avant qu’il ne s’installe à Buenos Aires), et 5. Le football, une fierté nationale pour ce pays qui, malgré sa taille très modeste, a gagné deux Coupes du Monde (autant que l’Argentine) et 15 Copas Americas, plus que n’importe quel autre pays d’Amérique du Sud.

Bref, on a traversé le Rio de la Plata, énorme rivière trouble de couleur marron, pour arriver à Colonia, charmante ville coloniale, où on a malheureusement dû continuer en car vers Montevideo. En Uruguay on a eu un temps généralement pourri (beaucoup de vent et de pluie) avec quelques heureuses exceptions.

A Montevideo on a visité le musée du gauchodont voici une sélection de photos:

IMG_2770

Les gourdes de maté avec leurs bombillas (les pailles en argent)

IMG_2771

Les couteux de gauchos

IMG_2772

Les boleadoras, sorte de lassos

IMG_2776

Charlotte et l’escalier du musée du gaucho, ancien hôtel particulier construit par un architecte français

IMG_2778

Après la visite du musée, déjeuner avec ma tante, Maria Jesus. Devant moi un chivito, et une milanesa (schnitzel), tous deux considérés des plats nationaux

IMG_2781

L’hotel de Carrasco, vieux casino récemment restauré par le Sofitel avec vue sur le Rio de la Plata

IMG_2785

Le Palacio Salvo, symbole incontournable de Montevideo construit durant les années 1920.

IMG_2795

La parilla d’un asado au marché du vieux port de Montevideo

IMG_2805

Magnifiques fleures très parfumées dont j’ai malheureusement oublié le nom !

Après quelques jours passés à Montevideo on est parti vers la côte balnéaire de l’Uruguay, connu surtout pour Punta del Este où uruguayens et brésiliens, mais surtout des Argentins, viennent en masse en été pour faire la fête et aller à la plage. Manque de bol, la météo ne prêtait pas à faire bronzette ! Après avoir vite fait le tour de Punta Ballena et Punta del Este en voiture on est allé chez la cousine de mon père, Chari et son mari Diego, à Manantiales, situé un peu plus à l’est sur une partie de la côte « chic » et moins développée.

IMG_2812

En route vers Punta del Este, Charlotte est prête !

IMG_2815

Punta Ballena sous un ciel triste 😦

IMG_2824

La fameuse main de Punta del Este

IMG_2838

Œuf de quoi, à ton avis? Un crabe ? On ne sait pas trop.

IMG_2872

La plus grande moustache au monde ?

IMG_2987

Belle lumière après la pluie à Manantiales

Plus à l’est encore, à La Paloma, habite mon oncle Gonzalo. On est resté chez lui quelques jours ici et on a même eu droit à quelques jours de grand ciel bleu (céleste, couleur de l’Uruguay) ! A La Paloma on a pu siroter une caipirinha à la plage, gouter au succulent asado de mon oncle, et passer une journée à Cabo Polonio, petit village écolo très babacool entouré de dunes de sable, accessible uniquement à pied ou en camion de passagers à deux niveaux et lieu du plus grand sanctuaire de loups de mer d’Amérique du Sud (malheureusement ce n’était plus la saison des loups de mer donc on en a vu qu’un seul !). Après notre visite à La Paloma on a retracé nos pas jusqu’à Montevideo, puis à Buenos Aires pour entamer notre long périple en Patagonie.

Pour résumer, en Uruguay on a très bien mangé (viandes, glaces, alfores et dulce de leche) et Charlotte a pu faire la connaissance de ma famille là-bas, mais la météo a un peu gâché le plaisir d’être au bord de la mer!

IMG_2877

Charlotte buvant du maté chez mon oncle à La Paloma

IMG_2913

Vue du village de Cabo Polonio et son phare

IMG_2951

Le camion de passagers

IMG_2927

Les maisons de Cabo Polonio

IMG_2939

Charlotte s’est amusée à courir après un petit lapin blanc !

IMG_2953

C’est de la magie ! Non, c’est le vent de l’Atlantique.

Posted in Uncategorized | Laisser un commentaire

Buenos Aires

Après un voyage plus long que prévu du a un problème technique de l’avion nous avons fini par arriver à Buenos Aires où nous avons été chaleureusement accueillis par la tante et les cousines de Gabriel.

Malgré la chaleur accablante nous sommes allés faire un tour en ville l’apres midi et avons vu cette œuvre intéressante : une fleur qui s’ouvre le matin et se referme. Elle se trouve sur la place des Nations Unies.

image

Nous avons aussi visité le célèbre cimetière de la Recoleta où sont enterrés des gens très connus comme Evita Perron née Duarte (femme de l’ancien dictateur argentin) ainsi que des membres de la famille de Gabriel (malheureusement on n’a pas trouvé leur tombe!)

image[1]

Les jours suivants nous avons aussi pu visiter le Musée d’Art Latino Americain de Buenos Aires (MALBA):

image[2] image[3]

Un des grand monunents de Buenos Aires est le Teatro Côlon qui est magnifique et date de la fin du XIXème siècle. Il a été très bien restauré tout récemment (cette salle te rappelle-t-elle quelque chose?)

Malheureusement c’est peu de temps après cette visite que je me suis fait volé mon téléphone portable et c’est de là que ça a commencé à être compliqué de tenir un bon rythme pour t’envoyer des mails 😦

image[4]

Buenos Aires a aussi été un lieu de retrouvailles familiales pour Gabriel qui a trois cousines qui habitent là-bas.

image[5]

Jimena(cousine),Blanca (tante) et Gabriel qui boivent du Mate, boisson typique argentine/uruguayenne. On te présentera le mate en plus de détails dans notre chapitre Uruguay.

image[6]

Mariana (cousine) et ses deux enfants (Alvaro et Abril), et Jimena (cousine).

Posted in Uncategorized | Laisser un commentaire

Colombie: Ciudad Perdida‏

Un de nos moments forts en Colombie et même pendant ce voyage a été le trek de la Cité Perdue. Nous avions pas prévu de le faire car selon le guide il fallait au moins 5 à 6 jours mais lorsque nous avons appris sur place que l’on pouvait le faire en 4 jours, on n’a pas hésité une seconde et on a foncé!

La Cité Perdue est une ville pré colombienne où ont vécu le peuple des Tayrona aux alentours de 600-1300 ap JC mais cette cité n’a pas été découverte avant les années 70 par des pilleurs colombiens qui se sont entretués pendant quelques années sur le site ( appelé alors ´infierno verde´) avant que le gouvernement ne prenne le contrôle du site et le reconstruise à l’aide d’archéologues et ce n’est que plus récemment que le tourisme s’est vraiment développé (mis à part quelques années où les FARCS gouvernaient les lieux). Elle n’est accessible qu’à pied après 2 ou 3 jours de trek dans la jungle.

On a fait 40 bornes, 1200 m de dénivelé, on a traversé la même rivière 9 fois, et monté plus de 1260 marches de nuit pour arriver à la cité perdue à l’aube et la voir au lever du soleil (on s’est levé à 3h45 ) et au chant des oiseaux! C’était magique de découvrir la cité au fur et à mesure que le jour se levait d’autant plus qu’on était le seul groupe à cette heure là (ça changeait des hordes de touristes qu’on avait sur les sites arqueologiques au Mexique).

C’était physiquement assez dur principalement à cause de l’humidité ( on marchait en moyenne 6~7 heures par jour, avec un départ tres tôt le matin ) et parce qu’on a fait le trek en 4 jours (par manque de temps)alors que la plupart des gens le font en 5. On est parti avec un groupe et le 2eme jour on a fait 2 jours de marche en un pour retrouver un autre groupe avec lequel on est resté jusqu’à la fin. On était la plupart du temps dans la jungle donc on transpirait comme si on était dans un hammam, notre sac à dos était trempé et les affaires ne séchaient pas pendant la nuit. Heureusement, on a pu se rafraîchir à quelques reprises dans des piscines naturelles de la fameuse rivière qu’on a traversé 9 fois! Et les ´refuges ´(comprendre espace de terre dégagé et tassé avec toit de tôle et hamacs ou lits avec moustiquaires) avaient quand même des douches/tuyaux d’eau froide pour se doucher après la marche. Il n’y avait pas d’électricité donc ça nous ait arrivé d’être au lit a 7h!

On est tombé sur un groupe sympa et varié, ça allait de 20 ans à 82 ans, surtout des européens mais aussi un couple de colombiens et 2 guides locaux adorables qui nous ont beaucoup appris sur la région. On est passé à côté de villages d’indigènes, les Kogi, qui vivent toujours plus ou moins en autarcie dans des huttes et s’habillent d’une toge blanche.

Le seul hic c’est que j’ai eu la “turista” le dernier jour et je te laisse imaginer les 6 heures de marche dans la chaleur et l’humidité avec mal au ventre et sans toilettes…

L’un des guide était venu avec sa femme et son fils qui nous faisaient la cuisine (3 repas chauds par jour!) c’était très correct surtout étant donné les circonstances! Et les 1ers jours on avait des pauses pendant la marche où on nous servait de la pastèque ou des oranges succulentes, le vrai luxe!

Un soir où on a veillé avec un guide, j’ai essayer de creuser un peu l’organisation logistique et il nous a raconté que malgré la concurrence des 4 agences qui proposent ces treks, les 74 guides ( qui ne montent en moyenne qu’une a deux fois par mois chacun) doivent coopérer entre eux, même s’ils sont employés par des agences concurrentes car il arrive que 2 groupes d’agence différentes soient fusionnés pour des raison d’organisation et de coûts. Ils sont tous des campesinos de la région qui font ça pour arrondir leur fin de mois. L’agence recrute les touristes mais c’est à peu près tout, le reste est à leur charge. Ce sont eux qui organisent le transport depuis Santa Marta en 4×4 (il y a 2h30 de route dont 1h de piste dans les montagnes pour arriver au départ de la marche), qui organisent l’achat des denrées, le ´recrutement´ des mules qui portent les denrées jusqu’au camp #2, celui des indiens qui portent les denrées jusqu’au camps #3 et 4, la rémunération du droit de passage etc. Donc pas le choix de coopérer s’ils veulent faire des économies d’échelle.

Pour le touriste ce n’est pas un trek très bon marché (et pas de mule pour porter son sac a dos!) mais c’est bien organisé (pas besoin de sac de couchage, ni de porter ça bouffe, son eau etc) et vu la chaîne de personnes que l’on fait bosser (avec sécurité sociale et retraite selon le guide papier) on se dit qu’on fait vivre la population locale tout en ayant une expérience qui en vaut vraiment la peine d’autant plus que le seul moyen d’atteindre la cité est de faire le trek ( pas comme au Machu Picchu par exemple) ce qui permet de limiter le nombre de touristes.

En PJ quelques photos qui ne font pas vraiment justice à cause de la qualité mais te donneront une petite idée des lieux.

Vue pendant la marche du 1er jour

img1

Huttes des indiens Kogi

img2

Le seul pont de la rivière que nous avons traversé 9 fois!

img3

Une des 8 traversées à pied!

img4

L’arrivée a l’aube à la Cité Perdue!

img5

La Cité Perdue

img6

Notre groupe

img7

Posted in Uncategorized | 2 commentaires

L’or de la Colombie et de l’insolite !

Bonjour à tous ! La Colombie n’en fini pas. Mais il faut savoir que nos extraordinaires voyageurs sont bien loin de la Colombie. Mais les problèmes de connexions les poussent à du retard. Mais voici tout de même la suite ! Par contre, grâce à Felix le Lama vous découvrirez un peu des prochaines destinations! Donc cliquez sur l’icône Félix le lama! Et comme toujours je vous souhaite bonne route.

L’or en Colombie

Comme tu le sais sûrement l’or est une des grandes richesses de la Colombie autant pour sa qualité que pour son orfèvrerie diversifiée.

Nous avons visité plusieurs musées de l’or lors de notre séjour et avons eu la chance d’avoir une visite guidée du musée de l’or de Bogota et de celui de Cartagene qui nous ont permis de mieux comprendre cet art très complexe.

L’or est trouvé généralement dans les rivières des montagnes. Il est souvent associé à la religion et les objets en or (la plupart du temps des bijoux pour femme mais aussi pour homme) donnent beaucoup d’information sur la personne qui le porte (rang social, provenance géographique, époque etc). Ils sont dans l’ensemble très symétriques. Par ailleurs toutes les pièces en or ont une utilité spécifique tout en ayant une fonction de décor.

Il y a certains objets qui reviennent très souvent dans l’orfèvrerie colombienne et l’un de ceux qui nous a le plus marqué sont les ‘nargileras’ qui sont un bijoux pour le nez/moustache. Sa forme, taille et la manière dont il est travaillé est révélateur du rang social de celui qui le porte.

image image[1] image[2]

Les pre-colombiens croyaient en la réincarnation, c’est la raison pour laquelle ils étaient enterrés avec des offrandes de nourriture ainsi qu’avec tous leurs bijoux. Pour les peuples de Talameque (nord de la Colombie) après 9 ans, le défunt était déterré, des restes étaient mis dans des urnes qui étaient elles mêmes ré-enterrées.

image image[1] image[2] image[3]

Le coca était une plante utilisée pour accéder au savoir, c’est la raison pour laquelle les chamans en consommaient. Selon les indigènes, elle permettait de mieux parler ainsi que de prendre des décisions.

Ci-dessous tu veras un récipient appelé  ‘poporo’. Il représente le corps féminin et on y mettait le calcaire avec les feuilles de coca afin de conserver ce dernier.

image image[1]

Colombie insolite

Le musée Botero à Bogota. Il se trouve que Botero avait lui aussi une passion pour les mains.

image image[1] image[2]

Animaux voyageurs. A San Agustin ce monsieur a pris le bus avec madame…la poule (qui était remarquablement sage d’ailleurs).

image[3]

A Santander: La vache voyageuse (et prisonnière?) malgré elle…

image[4] image[5]

 Objets confisqués à l’aéroport de Bogota (dommage, j’espérais repasser quelques chemises dans l’avion)

image[6]

Casa de Isabella à Santa Marta

image[7]

Chez le barbier: en Colombie, quand on demande de se faire raser la barbe, on te laisse la moustache!!

image[8]

Posted in Uncategorized | Laisser un commentaire

Enfin la belle Colombie

Bonjour à tous ! Voici le récit de Gabriel et charlotte. J’ai une y pensée particulière pour ma super amie Christine! Bon voyage !

29 janvier: Bogota: tour dans la Candelaria (le centre historique) et
montée au Monserrat- montagne au dessus de Bogota
30-31 janvier: Cartagena
31 janvier: arrivée à Santa Marta et on a décidé en quelques minutes
de partir à la Ciudad Perdida le lendemain
1-4 février: trek de la Ciudad Perdida
5 février: jour de repos à Santa Marta
6 février: voyage Santa Marta – Cartagena – Cali
7 février: Popayan et voyage à San Agustin
8 février: San Agustin
9-11 février: Bogota

Cartagena et Popayan

Lors de notre voyage en Colombie nous avons eu la chance de visiter les deux plus importantes villes coloniales du pays.

Nous sommes arrives à Cartagena par avion de Bogota et à la sortie de l’avion l’humidité  et l’air chaud nous ont tout de suite pris au visage! Nous avions essayer de réserver une auberge mais sans succès, tout était très complet, la saison haute s’étant prolongée plus longtemps que prévu. Heureusement une fois sur place on a trouvé une auberge sale et bruyante, c’était loin d’être notre 1er choix mais on était content d’avoir trouvé de quoi se loger!

Le lendemain on est parti découvrir la veille ville bien colorée. Cartagena est la ville  où se sont installés les colons espagnols après avoir débarqué à Santa Marta 200km plus au Nord sur la côte caraïbe. La ville a été fondée en  1533 et fut le bastion espagnol le plus important sur le continent. C’est aussi là où le mouvement de décolonisation colombienne a commencé et c’est l’une des premières villes colombienne à avoir proclamé son indépendance vis à vis de l’Espagne en 1810. Cartagène a aussi toujours été un port et centre de commerce important de la cote caraïbe  et a ainsi attiré et accueilli beaucoup d’étrangers: italiens, français, juifs, turques, libanais et syriens. La ville a été reconnue comme Patrimoine de l’humanité par l’Unesco et par conséquent à reçu des fonds pour être restaurée dans les dernières années.
Porte de la muraille:

On a commencé avec le musée de l’or où l’on a bénéficié (suite à un mal entendu) d’une visite guidée très intéressante (mais un peu chère! J’avais compris qu’elle était gratuite et ai été prise par surprise lorsque la note est arrivée!). On a cependant beaucoup appris et ces bases sur l’orfèvrerie précolombienne nous ont permis d’apprécier tous les autres musées de l’or que l’on a visité par la suite. Gabriel a enchaîné avec la visite du palais de l’inquisition et a vu de nombreux objets de torture tandis que je prenais l’air dans le parc d’ à côté.
Plaque et fenêtre de dénonciation et d’auto da fe
Nous avons ensuite parcouru une bonne partie de la ville, admirant ses belles façades colorées à la recherche d’un petit restaurant simple et pas cher recommandé par le guide.
Enfin arrivés sur place on a été bien surpris de voir un restaurant bien moderne et beaucoup plus cher que ce qui etait décrit par le guide. On s’est finalement retrouvé à quelques maisons de là dans le patio d’une maison qui semblait être une résidence  où le propriétaire nous a servi le plat du jour très typique (soupe en entrée puis viande accompagnée de riz, haricots, banane plantin et salade). On a pu parler brièvement à des femmes d’un certain âge qui étaient à notre table et avoir ainsi un déjeuner plus local que touristique, le tout sous une chaleur accablante!
Le patio:
L’apres midi nous sommes allés faire un tour sur la plage qui est assez loin du centre villle. J’était assez déçue car je m’attendais à une plage beaucoup plus belle mais j’étais quand même bien contente de pouvoir me rafraîchir un peu! J’ai alors appris à ma surprise que les plages de Cartagene étaient connues pour être assez sales et dangereuses. On n’a pas de photo mais si joint une photo de la cathédrale à la sortie de la vieille ville.
Popayan pour sa part est une ville de l’intérieur, entourée de montagnes dans la vallée du Cauca. Fondée en 1537, elle fut pendant des centaines d’années la capitale du sud de la Colombie avant que Cali ne prenne la relève. C’était la ville escale entre Cartagène et Quito et de nombreuses familles aisées de Cali sont venues s’installer ici pour profiter des températures et de la météo plus clémentes. Elle est surnommée ‘la cité blanche’ pour ses façades blanches en chaux. Elle se trouve dans une zone sismique et a subit un énorme tremblement de terre en 1983 qui l’a beaucoup détruite mais les autorités colombiennes ont fait un joli travail pour reconstruire en respectant l’architecture ancienne de la ville.

Nous sommes arrivés a Popayan depuis Cali et avons malheureusement pu y passer que quelques heures (à l’heure du déjeuner quand tout était fermé) avant de faire la magnifique route vers San Agustin.

image10 image8 image7 image4 image2 image6

image   image3

image9    image5

image11

San Agustin

Après avoir fait un tour dans Popayan, nous avons pris un bus pour San Agustin. Nous ne savions pas en montant dans le bus a quel point on verrait des paysages magnifiques mais aussi à quel point ce trajet serait long!(6-7 heures alors qu’on nous avais dit 4h). Une partie de la route n’a pas encore été goudronnée, c’est pour ça que c’était aussi pénible! On est parti de assez bas et sommes montés sur un plateau, c’était a l’heure ou le soleil se couchait, créant une lumière magnifique. Une fois qu’il faisait nuit on ne voyait plus rien et le paysage était beaucoup moins intéressant donc le temps est paru beaucoup plus long! On nous avait assuré que le bus nous emmènerait jusqu’à San Agustin, alors que d’autres compagnies n’allait qu’à 10km de la et qu’elle a été notre surprise quand le bus nous a déposé au bord de la route au milieu de nul part à 21h et nous a montré un ‘taxi’ – en réalité un 4×4 particulier qui nous emmènerait au centre ville. On peut te dire qu’on n’était pas du tout rassuré surtout que le chauffeur voulait nous vendre toute sorte de tours touristiques et nous emmener dans son auberge mais nous avons tenu tête et grâce à notre bonne étoile nous sommes arrivés à destination sans problème.

image image[1] image[2] image[3] image[4] image[5]

En arrivant à San Agustin, les propriétaires de la finca (propriété avec terrain qui produit en général du café) qui nous avait été recommandée par des français rencontrés à la Cité Perdue sont venus nous chercher. Ils étaient adorables et nous ont préparé des œufs brouillés car les restaurants été fermés. Le lendemain nous sommes partis à la découverte du parc de San Agustin qui renferme quelques 300 statues qui datent de plus de 3000 ans avant JC. Ces statues étaient faites pour rendre hommage à une personne décédée. Il y en avait généralement 3 et elles étaient placées devant la tombe du défunt qui était enterré avec toutes sortes d’outils (métal et céramiques) Celle du milieu – la plus grande- est celle qui représente le défunt.

image[3] image[4] image[5] image[6] image[7] image[8] image[9] image image[1] image[2] image[10]

Gastronomie Colombienne‏

La Colombie n’est peut être pas la capitale gastronomique de l’Amérique de sud mais elle a certainement une gastronomie très diversifiée et régionale et surtout très différente du reste de l’Amérique latine. L’un des points communs que l’on a noté parmi les différentes régions où nous avons été, est le fait qu’une soupe est très souvent (si ce n’est tout le temps) servie en entrée avant le plat du jour. Elles ont très souvent mais pas tout le temps un morceau de viande à l’intérieur.

Par ailleurs on trouve des empanadas dans tous le pays (comme dans toute l’Amérique latine).
Le plat qui nous a probablement le plus marqué et que l’on a préfère est l’Ajiaco. C’est la soupe typique de Bogota qui est servie en plat principal tellement elle est riche et copieuse. Elle  est faite a partir de 3 types de pommes de terre différentes et a l’intérieur on y retrouve un xx de maïs, des morceaux de poulet, de la crème fraîche et des câpres. Elle est servie avec un demi avocat et un petit bol de riz. Tu comprends maintenant pourquoi elle compte comme un plat principal! Le résultat est délicieux et surtout très apprécié un jour où il pleut et fait froid! Gabriel trouve que c’est l’équivalent colombien de la fondue. Une autre spécialité colombienne- et celle-ci se trouve partout en Colombie- est l’arepa. C’est une galette de maïs (on pourrait dire que c’est une tortilla de mais en version colombienne car elle est beaucoup plus épaisse et bourrative). Elle est servie à toute les heures de la journée et en particulier pour le petit déjeuner et peut être servie garnie (de fromage par exemple) ou en accompagnement (d’oeufs par exemple.) Une autre spécialité colombienne est l’arrequipe. C’est une confiture de lait caramélisée qui se met sur du pain (comme le nutela!) ou dans des desserts. Ça se mange aussi sous forme de bonbon, l’un d’eux est le bocadillo (littéralement ‘sandwich’) composé de dulce de membrillo (pâte confite de goyave avec du dulce de leche a l’intérieur, c’est délicieux et surtout un souvenir d’enfance pour moi!) (nous n’avons malheureusement pas de photos de ça). En revanche on a une photo d’un dessert qu’on nous a servi a Popayan. C’est un pâte confite d’oranges amères: Mis à part ces spécialités, nous avons retrouvés d’autres éléments de la gastronomie latino américaine comme la riz, les haricots, le guacamole, les jus de fruits frais etc. Un jour j’ai commandé un jus de fruit de la passion et on m’a servi un litre de jus! Les colombiens mangent aussi beaucoup de bananes plantin mais sous une forme que nous n’avions pas encore vu jusqu’à présent: la banane est écrasée et ensuite frite. Ils appellent ça Patacon. Comme ci-dessous lors de notre déjeuner végétarien à Popayan. Un soir nous sommes sortis à Bogota dans un quartier qui s’appelle Magdalena et nous avons fait une exception à notre règle d’essayer de toujours manger de la nourrirure locale. Nous avons atterrit un peu par hasard dans un bar à tapas espagnol où nous avons mangé de délicieuses tapas!

image image[1] image[2] image[3] image[4] image[5] image[6] image[7]

Posted in Uncategorized | Un commentaire